Articles récents

dernière nouvelle

Lundi 6 mars 2016 Ce matin nous avons rencontré Amandine Goulomès, travailleuse sociale du CEIIS, en charge du quotidien des migrants accueillis puis la famille et les jeunes gens. Elle apprécie le soutien que le collectif peut apporter. D'autant plus que sa charge de travail est lourde. Elle a consacré les premiers jours à installer au mieux les personnes accueillies, matériellement, afin de leur assurer le repos dont ils ont grand besoin. Maintenant, elle va répondre aux besoins spécifiques des uns et des autres . Les dons matériels amenés aux services municipaux ont été transportés au centre d'accueil. Amandine se charge de les répartir et de faire choisir. Elle envisage d'accompagner les personnes au secours populaire demain. Elle a pris contact avec les restaurants du coeur pour l'épicerie. Il reste le pain et les produits périssables à gérer . Apparemment, ils mangent beaucoup de pain, des œufs, des légumineuses, du riz, du curry, des raisins secs. Leurs besoins constatés concernent les moyens de communication avec leurs proches restés en Afghanistan, au Pakistan, en Iran...L'accès au Wifi étant impossible à l'ancienne gendarmerie, Amandine se propose de les amener dès que possible à la cyberbase ( cet après-midi). Le père de famille a besoin de communiquer avec ses deux filles ainées (14 et 15 ans) laissées au Pakistan chez leur oncle. Nous pensons lui permettre d'acheter une carte sim à la boutique de téléphonie (demain). La deuxième forte demande de la famille et des jeunes concerne la scolarisation et la poursuite d'études. L'apprentissage du français apparaît donc comme une priorité. Amandine a contacté la PEP 46 qui a répondu très favorablement en proposant de les intégrer aux cours d' apprentissage du français existant à Gourdon, voire d'en créer un nouveau pour eux. L'ensemble du groupe semble avoir le projet de demander l'asile politique en France. Un autre besoin important exprimé par les jeunes est de faire du sport : il y a parmi eux trois footballeurs et trois volleyeurs. Le problème à régler est celui des assurances. Amandine n'a aucune marge de manœuvre financière. C'est pour cela que nous organisons une quête pour répondre aux besoins cités précédemment et parer aux menues dépenses quotidiennes et alimentaires dans un souci de respecter au mieux leur autonomie. La quête s'effectuera demain lors de la distribution AMAP et samedi matin sur le marché. Vous pouvez nous contacter au Danièle Mianes 06 03 00 57 21 Renée Destacamp 06 88 94 09 67 Sylvie Crespo 06 32 37 36 34 -----------

Articles récents

Statut de réfugié

Tiré du site https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F299

Statut de réfugié, protection subsidiaire ou temporaire : quelles différences ?

Vérifié le 01 novembre 2015 – Direction de l’information légale et administrative (Premier ministre)

L’asile est la protection qu’accorde un État à un étranger qui est ou risque d’être persécuté dans son pays. Il existe 2 formes de protection au titre de l’asile : le statut de réfugié et la protection subsidiaire. L’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) est seul compétent pour les accorder en France. La protection temporaire est un dispositif particulier décidé au niveau européen lors d’afflux massif de personnes déplacées.

Statut de réfugié

La qualité de réfugié est accordée :

  • à l’étranger persécuté dans son pays et qui ne peut pas ou ne veut pas se réclamer de la protection de ce pays. Il doit s’agir de persécutions fondées sur la race, la religion, la nationalité, l’appartenance à un certain groupe social (y compris pour des considérations liées au genre et à l’orientation sexuelle, au risque d’excision pour les femmes) ou les opinions politiques. On parle d’asile conventionnel en référence à la Convention de Genève du 28 juillet 1951,
  • ou à l’étranger persécuté dans son pays en raison de son action en faveur de la liberté. Il peut s’agir, par exemple, de militants politiques ou syndicalistes, d’artistes ou d’intellectuels menacés pour leur engagement en faveur de la démocratie dans leur pays. On parle d’asile constitutionnel,
  • ou à l’étranger qui a obtenu dans son pays la protection du Haut-Commissariat des Nations unies, mais ne peut plus y rester.

Protection subsidiaire

La protection subsidiaire est l’autre forme de protection.

Elle est attribuée à l’étranger qui ne remplit pas les conditions d’obtention du statut de réfugié et qui prouve qu’il est exposé dans son pays à l’un des risques suivants :

  • peine de mort ou exécution,
  • torture, peines ou traitements inhumains ou dégradants,
  • menace grave et individuelle contre sa vie ou sa personne en raison d’une violence qui peut s’étendre à des personnes sans considération de leur situation personnelle et résultant d’une situation de conflit armé interne ou international.

Protection temporaire

Les personnes concernées sont les étrangers non-européens qui fuient massivement leur pays ou leur région d’origine et qui ne peuvent pas y retourner :

  • en raison notamment d’un conflit armé ou de violences,
  • ou parce qu’ils sont victimes de violations graves et répétées des droits de l’homme.

Ce dispositif exceptionnel et temporaire est autorisé par une décision du Conseil de l’Union européenne (UE), qui définit les bénéficiaires et sa date d’entrée en vigueur.

Il est décidé pour une période d’un an et peut être prolongé de 2 ans maximum. Le Conseil de l’UE peut à tout moment y mettre fin si la situation dans le pays d’origine permet un retour sûr et durable des personnes déplacées.

Qui est en ligne ?

Aucun membre ne se trouve actuellement sur le site

Les articles

Articles récents

Commentaires récents